Blogue

Faut-il assurer son enfant?

Faut-il assurer son enfant?

Quelques pistes pour vous aider à décider…

Une protection en cas de décès

Puisqu’un enfant n’a pas de revenu, son décès n’aura pas d’effet sur le revenu familial. Toutefois la charge émotive que revêt ce triste événement aura un impact certain sur tous les membres de la famille. Même si le soutien des proches et l’aide psychologique sont au rendez-vous, les parents voudront s’accorder un temps de répit pour apprivoiser le deuil de leur enfant.

En plus des frais funéraires que la famille devra absorber (jusqu’à environ 10 000 $), l’absence temporaire du travail entraînera inévitablement un manque de revenu. C’est pourquoi une protection en cas de décès pour un enfant peut s’avérer un placement judicieux pour assurer la sécurité financière de la famille.

Un montant libre d’impôt en cas de maladie grave

La famille d’un enfant atteint d’une maladie grave comme un cancer ou la sclérose en plaques, par exemple, assume des frais qui peuvent augmenter rapidement. C’est le cas si l’un des parents s’absente de son travail ou si une aide externe doit demeurer à la maison avec un enfant convalescent. Parfois, d’autres frais s’ajoutent, comme les frais de transport et de séjour et l’achat de matériel spécialisé.

Grâce à l’assurance maladies graves, l’assureur s’engage à verser à un assuré un montant forfaitaire unique si ce dernier reçoit un diagnostic d’une maladie grave prévue par le contrat. Ce montant pourra servir, entre autres, à couvrir les frais engagés pour des soins et services à domicile, les frais de déplacement et d’hébergement pour les traitements à l’extérieur du lieu de résidence, etc.

Protéger l’assurabilité d’un enfant

Un décès, une invalidité, une maladie grave ou un état de santé précaire peut avoir des impacts considérables sur l’avenir financier d’un enfant. En effet, un enfant qui a été gravement malade risque de ne plus être assurable à l’âge adulte. Cette situation nuira à sa capacité d’emprunt, par exemple lorsqu’il voudra acheter une maison.

Le meilleur moment pour s’assurer est donc lorsqu’on est jeune et en bonne santé. En effet, comme les coûts d’assurance augmentent avec l’âge, plus on attend, plus ils seront élevés.

En souscrivant maintenant des protections d’assurance vie et santé pour votre enfant, vous protégerez son avenir financier (son « assurabilité ») et bénéficierez de taux très abordables. Lorsqu’il atteindra l’âge de la majorité, vous pourrez lui céder le contrat d’assurance afin qu’il puisse conserver ses protections à un coût toujours plus avantageux.

 

Partagez cet article